CIVITAS: toujours les mêmes cibles que sous Pétain...