Pour Florian Philippot, Marine Le Pen "a une part de brutalité et d’inhumanité" en elle